Qu’est devenue la Charte des services publics en milieu rural ?

Christian Derrien Maire de Langonnet

Pour mémoire, en juin 2006, le gouvernement de l’époque, dirigé par le Premier Ministre Dominique de Villepin, signait avec les directions de 16 opérateurs nationaux (Poste, SNCF, ANPE, CNAF, EDF, GDF, etc.) et l’Association des Maires de France, la Charte sur l’organisation des services publics en milieu rural.  Cet engagement partenarial faisait suite à une fronde des territoires ruraux qui s’était exprimée dans l’ensemble des régions françaises par la voix des nombreux collectifs locaux de défense des services publics constitués lors des premières fermetures massives annoncées, notamment par la Poste. La Bretagne rurale, avec le Kreiz Breizh, avait été particulièrement active dans cette dynamique de résistance, la plupart de ses services publics étant touchés par les réorganisations.

Cette charte a été annoncée comme le point de départ d’une nouvelle approche de l’aménagement du territoire, soulignant en préambule les enjeux de la présence des services publics en milieu rural « en terme de cohésion sociale et territoriale » et affirmant « la nécessité de promouvoir une politique nouvelle de maintien, d’amélioration et de développement de l’accessibilité et de la qualité des services publics ».

Concrètement, en terme de démarche, la charte prévoit, dès lors qu’il s’agit de modifier l’offre des services de « faire précéder toute réorganisation ou création d’une véritable concertation, animée par le préfet, avec les élus, les opérateurs de service public et les usagers » et « d’intégrer des propositions pour améliorer la qualité ou l’accessibilité du service ».

Dernier point d’importance à rappeler, cinq années plus tard, alors que les territoires ruraux n’ont pas vu l’ombre d’un début d’application des mesures annoncées et que les fermetures de services publics continuent, cette charte souligne l’importance du « rôle du représentant de l’Etat comme garant de ce processus ».

Sans commentaires, simple rappel.

Christian Derrien, Maire de Langonnet.

Découvrez la charte de MBP – kit da welet Karta BWR

Découvrez en 14 articles la chartre de MBP et le fil rouge qui conduira le Mouvement dans sa recherche d’ouverture, de rassemblement pour travailler dans l’avenir à l’émancipation de la Bretagne.

La route est large et peut accueillir, au-dela des étiquettes passées ou présentes, toutes les volontés qui pensent que plus de Bretagne c’est aussi plus de dynamisme, plus de richesse, plus de travail, plus de solidarité…plus de rêves réalisables pour l’ensemble des Bretons.

Dans le menu de droite, allez dans la rubrique « pages ».

P. Guillemot (MBP) face au député UMP

P. Guillemot conseiller communautaire face à l'UMP C. Ménard
Philippe Guillemot, conseiller municipal à Spézet

Délégué communautaire pour le conseil municipal de Spézet à la communauté de Haute Cornouaille (Châteauneuf du Faou) Philippe Guillemot revient sur son intervention lors de la dernière réunion plénière. Une réunion caractérisée par un climat glaciale dans les rangs de l’UMP dirigée par le député Christian Ménard.

Vous avez tenu à vous présenter à la réélection d’un vice-président aux affaires économiques suite à la démission du tenant du poste. Pourquoi ?

En tant que membre de la commission économique il m’a semblé important d’intervenir. Au même titre que bon nombre de mes collègues, j’ai été profondément attristé par le spectacle dont nous avons tous été témoins ces dernières semaines. Nous avons été nombreux à garder le silence mais nous avons eu le sentiment que le travail consensuel réalisé depuis le début de ce mandat en faveur de l’emploi et de l’économie était particulièrement mis à mal par la crise ouverte par Christian Ménard au sein de son propre conseil.
L’économie et la création d’emplois doivent en effet, à mes yeux, rester la priorité au sein de la communauté de communes. Pour parvenir à des résultats tangibles, il faut en premier lieu créer les conditions du consensus pour montrer aux futurs porteurs de projets une image dynamique et attractive de notre secteur. Le développement économique doit s’accompagner d’un climat serein, d’une ambiance de travail. Nous en étions bien loin ces dernières semaines avec la polémique dans la presse entre le député et son délégué communautaire chargé des affaires économiques qui a préféré démissionner.

Quelle a été la réaction de Christian Ménard et de ses amis ?

Mon intervention a été accueillie dans Continuer la lecture de P. Guillemot (MBP) face au député UMP

La volonté de rassembler

Comme il l’avait annoncé depuis sa création, le MBP aura des candidats ou en soutiendra lors des élections cantonales de mars prochain pour défendre nos valeurs et avoir des élus bien entendu, mais aussi, afin de préparer le terrain pour les échéances futures. S’agissant des cantonales, le MBP a pris l’initiative de contacter les différentes forces de progrès. Evidemment, selon les cantons, les réactions sont différentes, mais que ce soit avec le PS, Europe écologie les Verts, le Front de Gauche… ou les divers gauches ou centres-gauches, nous avons tenus à tendre la main et montrer notre souci de rassembler dans le dialogue et le respect mutuel. Nous savons que nous ne gagnerons pas seuls. Mais qui aujourd’hui peut prétendre gagner seul pour mettre en place une alternative à la politique de casse des acquis sociaux de l’UMP ? Nous savons que nous ne gagnerons pas seuls. Mais qui aujourd’hui peut dire qu’il est le seul à pouvoir faire avancer l’idée d’une Bretagne émancipée, solidaire, écologique et entreprenante ? A l’évidence, les temps ne sont pas à la division ni aux raidissements idéologiques mais au contraire aux convergences, aux rassemblements et à l’espoir. C’est et ce sera la ligne de conduite du MBP.

Faire venir des entreprises en Bretagne

Développer le tissu économique breton passe bien entendu et avant tout par un encouragement fort à la prise d’initiative locale. Un développement endémique est toujours un développement plus solide. 

Mais en la matière, il ne faut négliger aucune piste. Et ne surtout pas négliger les pistes externes à la Bretagne.

Je vais vous raconter une anecdote. De part mon métier (collaborateur dans une entreprise de communication), je suis appelé à rencontrer de nombreux chefs d’entreprise. Ayant travaillé dans l’Oise, j’ai tenté pendant deux ans de « pénétrer » dans une entreprise bien connue de nos amis agriculteurs : Massey Ferguson, usine de fabrication de tracteurs installée à Beauvais.

Comme de nombreuses entreprises cultivant le secret (hélas), cette entreprise était Continuer la lecture de Faire venir des entreprises en Bretagne

Suppression de postes dans l’Education : le MBP mobilisé

Le gouvernement a décidé de supprimer 16000 postes dans l’Education nationale sur l’ensemble de la France. La Bretagne n’échappe à cette coupe drastique puisque sur les quatre départements de la Bretagne administrative pas moins de 114 postes vont disparaître. L’Académie de Nantes est également touchée avec 71 postes en moins. Cette diminution des personnels, surtout dans les écoles primaires et les collèges va certainement se traduire par une augmentation des élèves dans les classes. Conséquences : des classes aux effectifs surchargés qui auront des conséquences sur l’enseignement. Les syndicats, déjà très remontés, expliquent qu’ils « n’auront plus les conditions de travail nécessaires pour que les phases d’apprentissage se déroulent au mieux, pour tous les enfants ». Sous couvert de faire des économies, le gouvernement UMP risque de creuser une fois de plus les inégalités. On sait en effet que c’est des le primaire qu’il faut agir. Les enseignants ont prévu une journée de mobilisation le 22 janvier 2011. Le MBP soutiendra cette journée de lutte pour défendre un enseignement de qualité garantissant l’avenir de tous les enfants.

Bloavezh mat d’an holl Bonne et heureuse année 2011 à tous

En cette fin d’année 2010, le MBP tient à vous souhaiter une bonne et heureuse année 2011. Dans cette période de fête, nous avons une pensée particulière pour celles et ceux qui soufrent physiquement ou moralement pour des raisons diverses. Nous espérons que cette nouvelle année leur apportera la joie et le réconfort nécessaires pour une vie meilleure.
A tous, nous souhaitons la santé, du bonheur, la fraternité et la convivialité.
A celle et ceux qui vivent en Bretagne par choix ou par hasard, nous voudrions dire que 2011 sera une année particulière pour notre belle région. Nous aurons à élire de nouveaux conseillers généraux dans la moitié des cantons. En attendant 2014, où la nouvelle réforme territoriale devrait s’appliquer si l’UMP est toujours aux affaires à Paris. Ce que nous ne souhaitons pas.
Nos candidats et ceux que nous soutiendrons travailleront pour bâtir une Bretagne émancipée plus juste et plus solidaire, plus écologique, plus entreprenante. Il s’agit pour nous de donner un nouveau souffle, un nouvel élan à la Bretagne en étant présent sur l’ensemble des fronts avec compétence, sérieux et enthousiasme.

Chambre de commerce régionale

Le préfet de région, sur ordre de la ministre Christine Lagarde, devrait décider, dans les semaines qui viennent, de l’implantation du siège de la nouvelle Chambre de commerce et d’industrie régionale. De nombreuses organisations politiques et syndicales, des personnalités, ont d’ores et déjà pris position pour que ce siège revienne au Finistère, dans un souci légitime d’aménagement du territoire et de rééquilibrage entre la pointe de Bretagne et Rennes. Longtemps silencieux sur le sujet, en raison disait-il des élections internes dans les CCI, le président de Région, Jean-Yves Le Drian (PS), semble un tantinet gêné aux entournures et affirme aujourd’hui que « la question ne relève que des chambres de commerce ».
Pour le MBP, il est au contraire évident que la décision doit revenir aux politiques et qu’il est important de se positionner clairement pour une implantation dans le Finistère. S’il est un domaine où « le politique » doit intervenir, c’est bien celui de l’aménagement équitable du territoire et de la lutte contre la fracture territoriale par l’implantation ou le maintien des services publics.
Le MBP attend donc de Jean-Yves Le Drian un positionnement net afin de convaincre la ministre et le préfet de Région de choisir la pointe de Bretagne.

Pour le Mouvement Bretagne et progrès
Christian TROADEC