Archives de catégorie : Société

Décès de Michel Rocard

Il y a cinquante ans Michel Rocard plaidait pour une véritable régionalisation

Les hommages à Michel Rocard ont été nombreux. Je m’y associe. En revanche je n’ai pas beaucoup entendu parler ceux qui se réclament de son héritage de son engagement dès les années 1960 en faveur d’une vraie régionalisation.En tant que candidat régionaliste, en tant que breton je veux rappeler le discours qu’il avait prononcé en 1966 à Saint-Brieuc. Il l’avait intitulé : « Il faut décoloniser la province » . Cette véritable régionalisation, nous l’attendons encore. Ceux qui à gauche ou à droite saluent le travail réalisé par Michel Rocard oublient ce discours qui, cinquante ans après, est toujours d’une actualité évidente. Continuer la lecture de Décès de Michel Rocard

Notre-Dame-Des-Landes

Dans un communiqué, le maire de Carhaix, Christian Troadec, réagit au référendum concernant le projet d’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes. Il dénonce un référendum circonscrit au seul département Loire-Atlantique.

Dans un communiqué, le maire de Carhaix et conseiller départemental, Christian Troadec réagit au résultat du référendum autour du projet d’aéroport Notre-Dame-Des-Landes. C’est le oui qui l’a emporté. Continuer la lecture de Notre-Dame-Des-Landes

Samedi 9 mai, journée de l’Europe: pour un renforcement de la démocratie au service des citoyens

Le 9 mai est la journée de l’Europe célébrée à travers l’ensemble des pays membres de l’Union européenne et il est vrai que la construction européenne a apporté depuis des décennies la paix et la prospérité aux 500 millions de citoyens européens malgré tous les aléas de l’histoire et même s’il reste beaucoup à faire en la matière pour une vraie Europe sociale. Continuer la lecture de Samedi 9 mai, journée de l’Europe: pour un renforcement de la démocratie au service des citoyens

Pour un collège rénové proche des réalités et au service des élèves

Une fois de plus, le gouvernement met en chantier une énième réforme des collèges dont la caractéristique principale reste une vision centralisée et uniforme des problèmes actuels vécus par les collégiens, leurs parents et les enseignants.

Depuis une trentaine d’années, les collectivités locales ont en charge les collèges mais uniquement les bâtiments et le matériel (il faut dire qu’avant 1981, c’était le ministère à Paris qui s’occupait de tout , y compris de la couleur des murs des salles de classe…) et le bilan est largement positif notamment en Bretagne.

Il est désormais temps de passer à une nouvelle étape qui permettra de répondre aux besoins réels des collégiens en tenant compte des réalités locales sociales, culturelles, linguistiques: au lieu de perdre du temps et de l’énergie dans une réforme dogmatique généralisée, la solution à de nombreux problèmes passe par la mise en place d’une gestion décentralisée des collèges et d’une régionalisation des programmes.

La Bretagne devrait d’ailleurs être la première région d’expérimentation de ces mesures du fait de son système éducatif particulier et de ses caractéristiques propres en matière sociale, culturelle et linguistique.

Il en va de l’avenir de nos collégiens et de leur meilleur épanouissement dans l’environnement qui est le leur en Bretagne.

Pour le MBP,
Christian Troadec
Maire de Carhaix
Conseiller départemental du Finistère

Pour une Bretagne universitaire cohérente

Le regroupement d’universités dénommé « Bretagne Loire » constate avec amertume qu’il ne recevra aucun crédit de l’Etat au titre des investissements d’avenir.

On avait cru comprendre que la création de ce regroupement des universités bretonnes et de celles d’Angers et du Mans avait justement pour but de récupérer des financements d’Etat complémentaires. C’est donc un échec avéré de la logique « Grand Ouest » prônée par quelques notables et relayé malheureusement par les responsables des universités des 5 départements bretons.

Une fois de plus, on ne peut que constater que cette logique de fusion Bretagne – Pays de Loire est totalement contre-productive et joue contre les intérêts mêmes de la Bretagne et des régions voisines.

L’excellence universitaire ne peut se développer que sur un territoire cohérent et dans un environnement économique, social et culturel basé sur de fortes solidarités, ce qu’est la Bretagne dans la globalité de ses 5 départements.

Il est grand temps que la réunification de la Bretagne soit réalisée, y compris au niveau de l’enseignement universitaire : c’est de l’intérêt des enseignants, des chercheurs, des étudiants et de l’ensemble des citoyens.

Pour le MBP,
André Lavanant
Président

Extraction de sable en baie de Lannion, c’est à la Bretagne de gérer le dossier

Communiqué de Christian TROADEC

Face aux nombreuses oppositions au projet d’extraction de sable en baie de Lannion, le ministre Macron propose un compromis boiteux qui ne répond pas aux nombreuses questions soulevées par les principaux acteurs économiques et associatifs locaux. Je rappelle que j’ai participé à la dernière manifestation à Lannion qui s’est tenue contre ce projet.

Une fois de plus, une question économique et environnementale bretonne est traitée sur les bords de Seine par l’administration centrale alors que ce dossier aurait du être discuté, évalué et traité avant tout par les collectivités bretonnes au premier rang desquelles le Conseil régional de Bretagne.

C’est un nouvel exemple de l’urgence à mettre en place un véritable pouvoir régional responsable devant l’ensemble des habitants de Bretagne et capable de gérer au mieux les intérêts économiques et environnementaux de la région.

Christian TROADEC
Maire de Carhaix
Conseiller départemental du Finistère

Contact: 06 08 63 61 68

DÉDICACE : Christian TROADEC – Itinéraire d’un homme pressé

CHRISTIAN TROADEC, des Vieilles Charrues aux Bonnets rouges. – Itinéraire d’un homme pressé

DÉDICACE : le samedi 27 décembre 2014 de 10h à 12h à la maison de la presse de Chateaulin.

DÉDICACE : le samedi 20 décembre 2014 de 10 h 30 à 12 h à la librairie maison de la presse de Carhaix, carrefour du Kreiz Ker avec Charlie Grall accompagné de Christian Troadec.

CHRISTIAN TROADEC « J’ai toujours pensé que j’allais mourir jeune ! C’est pourquoi je me disais qu’il fallait agir vite… », confiait Christian Troadec à quelques-uns de ses proches, il y a peu de temps encore. Surprenante idée dans la tête d’un homme très empreint du monde rural qui l’a vu grandir. Un univers rythmé par les saisons et les récoltes et où d’ordinaire on sait qu’il faut laisser du temps au temps. Faut-il voir dans ce pressentiment irraisonné l’explication à son côté « bulldozer », toujours pressé, parfois hyperactif que la presse se plaît souvent à décrire ou à brocarder dans les innombrables articles qui lui ont été consacrés entre la création du festival des Vieilles Charrues et l’étonnant mouvement des Bonnets Rouges ? Comment comprendre en effet cette boulimie d’actions politiques qui caractérise le fondateur des Vieilles Charrues sans rechercher au plus profond de lui, de son histoire, le moteur de ce parcours étonnant et inédit en Bretagne.
Ce livre retrace l’itinéraire de Christian Troadec, le maire de Carhaix, son parcours professionnel et politique, ses actions pour l’emploi, le développement économique, social, culturel dans une Bretagne qu’il souhaite émancipée, « plus forte, plus solidaire, plus juste… ».

L’auteur : Charlie Grall est journaliste et a collaboré au Télégramme, à Ouest-France, à Bretagne Hebdo… Il a publié plusieurs livres sur la Bretagne. Résidant à Carhaix, il disposait d’une place privilégiée pour suivre le parcours de Christian Troadec.

Vient de paraître aux éditions Coop Breizh :

160 pages
155×220 mm
édité chez : COOP BREIZH
Réf : 346686
Prix : 15€
Commander ce livre sur le site de l’éditeur >>

Intervention de C. Troadec au CG29 du 18/12/2014

Intervention de Christian Troadec au Conseil Général du Finistère du 18 décembre 2014

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Permettez-moi tout d’abord, Monsieur le Président, de vous souhaitez à vous, à vos proches, à l’ensemble des élus de cette assemblée et à l’ensemble des personnels de cette maison, d’excellentes fêtes de fin d’année. Ces moments de quiétude sont importants dans un monde toujours en mouvement et où les crises économiques et sociales exposent les plus fragiles à bien des difficultés. Mes pensées vont donc aussi tout naturellement à celles et ceux qui souffrent du chômage, de la précarité, de la solitude ou de problèmes de santé.

Monsieur le Président, nous nous réunissons ce jour du jeudi 18 décembre 2014 marqué par la venue du premier ministre, Emmanuel Valls en Finistère. Je ne reviendrai pas sur ce que j’ai pu dire il y a un an sur le Pacte d’avenir. La coquille vide ne s’est guère remplie depuis surtout si l’on rappelle que la Bretagne est la région qui touche le moins de dotation par habitant de l’Etat de toutes les régions françaises. Mais je crois que la Bretagne attendait plus. Le pacte d’avenir ne s’est en effet pas accompagné du volet institutionnel, volet crucial pour créer les conditions du redémarrage de l’économie et apporter les moyens indispensables en terme politique et financier à la Région Bretagne.
Je ne crois pas d’ailleurs qu’en réservant sa visite à deux métropoles, Brest et Rennes, le premier ministre ait fait un choix judicieux. Il rappelle par là sans aucun doute que les moyens financiers, les crédits iront désormais aux métropoles alors même que la Bretagne est polymorphe, constituée de petites communes et de villes moyennes avec un excellent maillage du territoire. Ce n’est pas bon signe pour les territoires ruraux. Le département du Finistère en fait partie.
La question de la régionalisation de la France ne sera donc pas abordée. La métropolisation vient même la contrarier, la contrer. Deux visions opposées en fait de l’aménagement du territoire. Je continue à penser qu’il est indispensable de décentraliser l’un des Etats les plus centralisateurs d’Europe. Il faut libérer les énergies dans les territoires. La solution pour créer de la richesse, de l’emploi, innover, aller de l’avant passe par là. Et cela devrait évidemment s’accompagner de la réunification de la Bretagne, avec Nantes dans la Bretagne administrative. Nous deviendrions la première région maritime d’Europe ! Que d’occasions gâchées, Monsieur le Président.

Et je vous le dis tout net, je suis triste à la lecture de la presse et des propos de Nathalie Sarrabezolles, notre collègue qui pourrait être amenée à d’éminentes fonctions, quand elle dit : « Je ne crois pas à Nantes dans une Bretagne administrative à 5 ». Pour ma part, au contraire, j’ai toujours pensé qu’il nous fallait être offensif sur cette question. Qu’il en va du développement global de la Bretagne, du respect de son histoire et de son identité. Et que le tout est lié. J’avoue même que le propos est blessant à l’égard des dizaines de milliers de militants de la gauche bretonne qui ont cru pendant plus de 40 ans que le Parti socialiste permettrait de faire aboutir ces questions fondamentales portant sur la reconnaissance des droits du Peuple breton. Que ce soit sur la réunification ou la ratification de la charte des langues minoritaires. Oui c’est rageant.
Mais nous voilà prévenus. En se souhaitant dans quelques jours une bonne année 2015 nous devrons aussi nous souvenir de ces espoirs déçus, de ces espoirs trahis. 2015 est une forte année électorale. La gauche bretonne est trompée, cocufiée avec cette singulière désinvolture qui caractérise ceux qui n’aiment pas vraiment le peuple. Et certains voudraient en plus lui faire payer la chambre.
Monsieur le Président, mesdames et messieurs, je vous souhaite à nouveau de bonnes fêtes de fin d’année et je précise aussi que je ne participerai pas au débat d’orientations budgétaires, tant celui-ci me semble tronqué et ne permet pas de savoir où les coupes sombres vont être réalisées dans les différentes politiques et objectifs du conseil général du Finistère. A part les grandes masses et grands équilibres on n’y retrouve quasiment aucun élément financier chiffré. Comme je le disais à mon collègue Didier Le Gac à la commission des finances alors qu’il annonçait de grandes coupes dans les budgets : la bonne information des élus doit s’accompagner d’éléments réels de connaissance. Il ne suffit pas de dire qu’il y aura des coupes sombres, mais nous préciser lesquelles et tout de suite afin que nous puissions les corriger, argumenter lors de la construction du budget.
Débattre ici sur des éléments qui seront en réalité décidés à quelques-uns dans un bureau ne me semble guère opportun. Il ne nous reste plus qu’à attendre le vote du budget.
Voilà, Bonnes fêtes de fin d’année ! Nedeleg laouen ha bloavezh mat !

Christian TROADEC
Maire de Carhaix
Conseiller général du Finistère