Archives de catégorie : Communiqués

Richard Ferrand : ce n’est pas la girouette qui tourne…

On avait cru comprendre que le député Richard Ferrand faisait partie des « frondeurs » du PS puisqu’il avait co-signé avec 90 autres députés un texte très critique à l’encontre de la politique de François Hollande. C’est en tout cas ce qu’il avait écrit et signé, il y a quelques semaines. Une information reprise par la presse. Mais nous étions dans l’erreur… Nous n’avons rien compris aux subtilités de la godille ! Richard Ferrand vient donc doctement nous dire (Ouest-France. du samedi-dimanche, 30-31 août) « qu’une signature n’est pas un acte politique » ! Cela voudrait-il dire que sa propre signature ne vaut rien et que donc, il aurait tout aussi bien pu signer l’appel des 203 députés à soutenir François Hollande ? Pas de problème puisque sa signature ne l’engage pas ! Nous voilà prévenus. Comme disait Edgar Faure : « ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent ! ».

Christian Troadec
Maire de Carhaix
Conseiller général du Finistère

A défaut de courage les députés PS invoquent les miracles…

« Nous avons manqué de courage, tourné le dos à nos engagements, renié les vœux adoptés pour la réunification… mais surtout n’oubliez pas de nous dire merci » ! C’est en substance le message que voudraient faire passer les six députés socialistes qui ont une nouvelle fois obéi au doigt et à l’œil de Paris contre les intérêts de la Bretagne en ne votant pas l’amendement Le Fur qui aurait enclenché le processus du retour de Nantes en Bretagne administrative. Pire, en se remettant, au cœur du temple républicain, à invoquer un miracle (ils en sont là…) de la non fusion avec les Pays de Loire et alors que les socialistes tiennent tous les pouvoirs en France, les députés PS du Finistère expliquent, la main sur le cœur, alors qu’ils avaient la chance extraordinaire de permettre la réparation historique, que « rien est toujours mieux que le pire ». Pitoyable. Nous avons envie de leur dire, à défaut de défendre la Bretagne, « au moins qu’ils se taisent ! »

Christian TROADEC
Maire de Carhaix
Conseiller général du Finistère

Réaction à la tribune de Jean-Yves Le Drian

Jean-Yves Le Drian : un sentiment de reniement et d’abandon

On aurait apprécié que Jean-Yves Le Drian affiche autant d’énergie à réunifier la Bretagne qu’il en met pour garantir le statu quo et l’engagement de coopérations avec les Pays de la Loire… Car le sentiment général de sa tribune libre laisse clairement à penser qu’il a fait une croix sur la réunification. Où sont-elles les promesses du président Le Drian quand il faisait adopter le vœu de la « réparation historique » au conseil régional de Bretagne ? Comment ce proche de François Hollande parviendra-t-il à expliquer, alors que le PS a tous les pouvoirs, qu’il a jeté aux orties ses engagements ? Il ne faut pas être grand clerc, en effet, pour comprendre que Jean-Yves Le Drian a tourné la page du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne administrative et qu’il prépare l’opinion à une fusion avec les Pays de la Loire. Pas après pas, « tamm ha tamm », comme on dit en breton. Car c’est bien la seule chose que nous pouvons retenir de sa tribune libre cosignée avec Stéphane Le Foll, (partisan d’une région grand ouest), texte pouvant servir de « ligne à suivre » aux militants socialistes. En clair, renforcement de la coopération avec les Pays de la Loire et abandon du combat pour la réunification. Enfin, comment interpréter le fait qu’il ne dise pas un mot sur l’assemblée unique de Bretagne, ce parlement breton tant attendu avec compétences nouvelles et moyens et qu’il insiste, par contre, lourdement, sans craindre le ridicule, sur la création de deux vice-présidences à la coopération ? Clairement, définitivement, là encore, hélas, un sentiment de reniement et d’abandon.

Christian Troadec
Maire de Carhaix
Conseiller général du Finistère

Les deux années de mandat catastrophiques de Richard Ferrand

Dans la presse quotidienne régionale, Richard Ferrand, député de la circonscription Carhaix-Chateaulin s’en prend, ce matin, aux Bonnets rouges en indiquant que « leur seule vocation aujourd’hui est de protester ». Il me semble nécessaire de lui rappeler que c’est pour lutter contre la mise en application de l’éco taxe, par son gouvernement, que les Bonnets rouges ont vu le jour. Si les Bonnets rouges n’avaient pas été là, toute la Bretagne serait aujourd’hui soumise à l’éco taxe avec les conséquences dramatiques sur l’emploi et l’économie. Je pense d’ailleurs que M. Ferrand se félicite désormais à tort du nouveau dispositif intitulé « Péage transit poids lourds ». Ce n’est pas au moment où l’économie et l’emploi sont au plus mal, qu’il faut rajouter des charges sur les entreprises et tout particulièrement sur les PME. Il existait d’autres solutions dont la taxation des grandes sociétés autoroutières qui font plus de 2 milliards d’euros de bénéfices annuels. Il faut rappeler que nous demandons le maintien de la gratuité des routes en Bretagne. Nous ne voulons pas que l’axe Saint-Lo-Nantes via Rennes soit soumis à péage. De plus, rien n’empêchera un gouvernement à étendre le périmètre de ces péages dans les années à venir. Ce n’est donc pas une bonne nouvelle pour la pointe bretonne. Les deux premières années de mandat de la majorité PS au Parlement et au gouvernement ont été catastrophiques. Les répercussions sur notre circonscription sont désastreuses. Les électrices et les électeurs ne s’y sont pas trompés en me plaçant en tête des suffrages sur la circonscription lors des dernières élections européennes avec 22 % des suffrages, loin devant le PS à 14 %. Pour cette raison et pour bien d’autres, au lieu de demander comme le font les amis socialistes de M. Ferrand la dissolution des Bonnets rouges j’invite à leur maintien et à continuer, en étant force de propositions, à exiger du gouvernement ce qu’il ne fait pas : libérer les énergies en mettant fin aux tracasseries administratives, mettre fin au dumping social et aux distorsions de concurrence, réunifier la Bretagne avec Nantes pour construire une région forte économiquement à 5 départements…. Le travail et les propositions ne manquent pas.

Christian TROADEC
Maire de Carhaix
Conseiller général du Finistère

Nantes en Bretagne ! Naoned e Breizh !

Le MBP, Mouvement Bretagne progrès, appelle à manifester à Nantes le samedi 28 Juin pour le retour de la Loire Atlantique en Bretagne. Une amputation qui date de 1941 formalisée par un décret de Vichy signé par le Maréchal Pétain, collaborationniste notoire.
Aujourd’hui le PS dispose de tous les moyens politiques pour opérer la réparation historique dont peut se prévaloir la Bretagne. Une réparation réclamée à maintes reprises par des dizaines de milliers de Bretons dans la rue mais aussi par de nombreuses collectivités (mairies, conseils généraux, Région…). Les uns mettant en valeur les arguments économiques quand les autres font valoir des arguments culturels ou sociaux. Si cette réunification ne se faisait pas, le PS en portera seul l’entière responsabilité !
Avant le débat sur la réorganisation territoriale à l’assemblée nationale, il est donc très important de montrer la volonté des Bretonnes et des Bretons à promouvoir une Bretagne plus forte, moderne et dans son intégrité. Les élus et représentants du MBP, Christian Troadec en tête, seront de la manifestation pour affirmer fermement que Nantes est bien en Bretagne.

Pour le MBP
Le président
André Lavanant

Dissoudre ? L’Assemblée nationale sans aucun doute !

Dans un communiqué très virulent, le PS se lance dans une violente attaque contre les Bonnets rouges, affichant ainsi un immense mépris pour les dizaines de milliers de personnes qui se sont rassemblées ces derniers mois pour défendre l’économie et l’emploi en Bretagne. Totalement coupé des gens et des réalités, incapable de résoudre les problèmes, le PS perd pied en déployant des centaines de gendarmes mobiles devant les préfectures et sous-préfectures à l’occasion d’un pique-nique pacifique au lieu de répondre aux enjeux réels des Bretonnes et des Bretons : parvenir à baisser le chômage, mettre fin à l’éco taxe et au dumping social qui fragilise et fait disparaitre des pans entiers de notre économie, libérer les énergies et stopper les tracasseries administratives dans une Bretagne réunifiée, forte à 5 départements. En fait, si le PS doit dissoudre quelque chose, c’est l’Assemblée nationale ! Car sinon, comme le dit Manuel Valls, c’est le PS, lui-même, qui pourrait disparaître !

Christian TROADEC
Maire de Carhaix
Conseiller général du Finistère

Jamais la Bretagne n’a été autant méprisée…

Le secrétaire d’Etat à la Réforme territoriale, André Vallini, après avoir tenté de sonner le glas de la réunification de la Bretagne par le biais des ciseaux du Président Hollande, veut désormais enterrer définitivement toute possibilité à notre région de retrouver ses frontières historiques. Il a annoncé officiellement, aujourd’hui, que le gouvernement ne prévoyait pas le droit pour un département de quitter sa région pour une autre, ce qui interdirait ce droit d’option évoqué il y a quelques jours dans les couloirs des ministères.

Après le temps de l’enfumage et de l’humiliation vient donc désormais celui du cynisme et de la provocation. La carte du redécoupage des régions, réalisée par des technocrates dans un bureau à Paris, sans aucun critère connu, sans méthode, a fait fi de tous les avis démocratiques émis dans les territoires, en particulier des milliers de vœux votés par des milliers d’élus dans des centaines de communes des 5 départements bretons… Le gouvernement et le PS ne veulent pas simplement fermer la porte à une légitime revendication: ils y rajoutent des cadenas et des chaines pour s’assurer qu’aucun retour en arrière ne soit envisageable.

Jamais la Bretagne, ses élus, son peuple, n’ont été traités avec autant de mépris ces cinquante dernières années. Il nous reste peu de temps pour s’opposer à cet affront. Notre fierté, notre honneur, notre esprit démocratique face à la brutalité des décisions de Paris, à sa toute puissance, doivent nous conduire à relever la tête rapidement et à s’opposer formellement et fortement à ces scandaleuses décisions. Nous ne reculerons pas d’un pas de plus. Le temps de la riposte a sonné.

Christian TROADEC
Maire de Carhaix
Conseiller général du Finsitère

COMMUNIQUÉ : Paris a une nouvelle fois charcuté la Bretagne

Ce serait officiel. Selon la presse, François Hollande a appelé Jacques Auxiette pour lui annoncer la fusion de la région des Pays de la Loire avec la région Poitou-Charentes.

C’est un nouveau mauvais coup porté à la réunification de la Bretagne. La Région Bretagne se maintiendrait à quatre départements. Le courage politique aurait consisté, dans le cadre de cette réforme territoriale, qu’il soit immédiatement mis fin à cette séparation décidée par le régime de Vichy et le maréchal Pétain. Nantes est en Bretagne et cette réforme aurait dû mener à la réunification réclamée et réaffirmée par les Bretonnes et les Bretons des cinq départements à chaque consultation, à chaque sondage !

L’avenir de la Bretagne a donc une nouvelle fois été décidé par des technocrates dans un bureau à Paris. C’est à se demander si ceux qui tiennent les ciseaux du redécoupage ont réellement le cerveau bien irrigué ! Paris a une nouvelle fois charcuté la Bretagne. Que de retard pris même si, demain, on nous promet un hypothétique droit à l’option pour les départements qui le souhaiteraient de quitter une région pour en gagner une autre. Nous allons demeurer des nains politiques alors même qu’à 5 départements, nous aurions pesé plus de 4,5 millions d’habitants et pu dialoguer avec d’autres Etats ou Pays européens comme l’Ecosse, la Catalogne, les landers allemands… Notre capacité de développement économique se serait vu décupler. Nos emplois et notre niveau de vie aussi.

D’ores et déjà, la résistance doit s’organiser. La réparation historique doit s’effectuer. Nantes doit retrouver la Bretagne administrative immédiatement. D’ici le vote au parlement, j’invite chaque Bretonne et Breton à mettre toute leur énergie pour ce juste combat. Si la décision de replacer Nantes en Bretagne n’était pas prise, le PS, qui porte à lui seul l’entière responsabilité de cette décision révoltante, doit savoir que les prochaines échéances électorales lui seront très compliquées. Nous y veillerons. Nous nous en chargerons. Comme le disait Xavier Grall : « Nous te ferons Bretagne ! »

Christian TROADEC
Maire de Carhaix
Conseiller général du Finistère

Le lundi 2 juin 2014