Diviser pour mieux régner….

Plouguerneau est une commune qui connaît un bilinguisme dynamique. Pour rappel – et c’est un exemple – le final de la Redadeg s’y est tenu en mai dernier. Ce dynamisme se traduit aussi dans l’enseignement puisqu’une centaine d’élèves suivent la filière bilingue à l’école publique du petit Prince.
L’engouement est tel qu’une école « Diwan » vient d’y ouvrir en cette rentrée, l’école Diwan de Lesneven étant arrivée à saturation, après réflexion, le réseau Diwan ayant ciblé sur les communes de Plouguerneau, Lannilis, Kernilis et Guissény environ 25 élèves susceptibles d’intégrer cette nouvelle école.
Cette ouverture d’école Diwan n’a pas été sans créer certaines tensions, la crainte étant de voir fondre les effectifs de l’école publique. Plusieurs réunions et rencontres entre la municipalité et les différents acteurs avaient apaisé les craintes, l’école Diwan s’est donc ouverte au Grouaneg, à l’est de la commune.
Les effectifs de l’école du petit prince étant stables, aucun élève du réseau public n’ayant rejoint Diwan, la rentrée pouvait donc avoir lieu – pour tous – dans les meilleures conditions.
C’était sans compter sur les cadres de l’éducation nationale : alors que la semaine de la rentrée, l’inspecteur départemental rassurait le directeur du petit prince du maintien des cinq classes, la nouvelle de la fermeture de l’une d’elles tombait jeudi – trois jours après le début des cours…
A noter que cette fermeture est argumentée par le manque … d’un élève.
Un autre argument avancé est que les élèves vont « certainement » se diriger vers le réseau Diwan.
Où comment diviser pour mieux régner…
« Pour la Bretagne ! » s’insurge de cette décision de fermeture de classe totalement arbitraire.
« Pour la Bretagne ! » affiche son soutien indéfectible à l’équipe enseignante et aux parents d’élèves de l’école du Petit Prince, à la municipalité de Plouguerneau.
« Pour la Bretagne ! » invite toutes et tous à signer la pétition ouverte à l’école du Petit Prince où se trouve retenue la professeure dont la classe est supprimée.
Enfin, « Pour la Bretagne ! » affiche son soutien à la professeure – en poste à Plouguerneau depuis dix ans – qui reste appelée par l’éducation nationale à rejoindre illico son nouveau poste à Landerneau, une semaine après la rentrée, faisant fi de toutes règles managériales…
« Pour La Bretagne !» affiche son soutien à toutes les voies qui poussent à l’apprentissage du breton, que ce soit dans le réseau public, privé ou Diwan, en complémentarité les uns et les autres, et certainement pas en division, comme l’éducation nationale semble avoir un malin plaisir à le faire…..

Pour la Bretagne !