EN ATTENDANT DES EXCUSES…

Jeudi 30 mars, à Cayenne, la ministre des Outre mer, Ericka Bareigts, a présenté aux Guyanais les excuses officielles de l’Etat français, pour les « années de sous-investissement de la métropole envers le peuple guyanais. » Oui, oui, vous avez bien lu, le mot peuple a bien été employé par la ministre, ce qui n’a pas manqué d’ailleurs de faire grincer quelques dents du côté des tenants inconditionnels de la maxime qui dit que, sur le territoire de la République, il n’y a qu’un seul peuple, le peuple français.

Mais bon, la jeune ministre a bien employé ce mot peuple, et nous en prenons donc acte, nous Bretons, pour, forts de cette parole officielle, répéter à l’envi aux responsables de l’État français, que, nous aussi, nous sommes bien un peuple, porteur d’une histoire, d’une culture et surtout d’un avenir à construire. D’une communauté de destin, en quelque sorte, à  l’image, également, des Basques, Alsaciens, Corses, Occitans… Ceci posé, maintenant, pour les excuses, nous risquons tous en revanche d’attendre encore un peu…

Michel LE TALLEC