VOUS AVEZ DIT DÉMOCRATIE ?

Alors que certains s’obstinent à rester en course en dépit des bruits de casserole qui accompagnent chacun de leurs pas, Christian Troadec a annoncé, lui, qu’il se retirait de la campagne des présidentielles. Barrage médiatique, parrainages difficiles à obtenir, pressions sur les élus… Les raisons de son retrait ne manquent pas, il s’en est d’ailleurs largement expliqué.

Conséquence, le courant politique novateur  qu’il entendait porter, celui du régionalisme, ne sera donc pas présent dans les débats à venir. Drôle de démocratie que celle qui verrouille ainsi l’expression d’une pensée qui aurait pu apporter du sang neuf à une campagne figée par les mêmes thèmes redondants, mais surtout drôle d’avenir pour un pays  cadenassé par un jacobinisme étouffant, tristement présent sur l’ensemble de l’échiquier politique, de l’extrême-gauche à l’extrême-droite.

Pas un seul des candidats officiellement déclarés et susceptibles donc d’être en lice n’a en effet développé le thème d’une meilleure décentralisation, aucun n’a porté l’idée d’une régionalisation accrue, aucun non plus n’a émis ne serait-ce qu’une timide proposition de réforme, enfin, de cet Etat pesant et ultra-centralisé. Pour qui voter, alors, en avril et mai prochains, quand on est un citoyen sensible aux thèses régionalistes ?

Le choix risque d’être extrêmement simple et rapide. Mais il n’est pas sûr que la démocratie, si ce mot veut encore dire quelque chose dans ce pays, en sorte grandie.

Michel LE TALLEC