ET SI ON S’OCCUPAIT AUSSI DE LA LANGUE BRETONNE ?

Le Comité Olympique Français qui travaille à la candidature de Paris aux prochains Jeux Olympiques de 2024 a cru bon d’utiliser la tour Eiffel comme support visuel de sa campagne de communication. Pourquoi pas, après tout ? Mais là où ça se complique, c’est que le dit slogan s’affiche… en anglais !

Ulcérées par ce qu’elles estiment être « une grave violation de la Constitution » et « une insulte grave à la langue française », trois associations de défense de l’idiome de Molière viennent donc de décider de porter l’affaire en justice. Et ce avec le soutien de la très vénérable et très pointilleuse Académie française, laquelle – ce n’est pourtant pas l’habitude de la maison – ose faire assaut d’humour en rappelant que le slogan incriminé a déjà été utilisé pour vanter les mérites… de pizzas pré découpées.

Même le très scrupuleux Bernard Pivot, gardien du dogme du beau français tel qu’on le parle, est monté au créneau en qualifiant « d’ânerie » cette opération de communication.  Bien, très bien… Défendre une langue que l’on aime et que l’on pratique pour éviter qu’elle soit noyée dans les flots de l’uniformisation mondialisée est une très bonne attitude, et il serait donc inconséquent de critiquer, voire de mépriser, ces hardis combattants associatifs qui osent courageusement s’en prendre à l’hégémonie de l’anglais sur le territoire national (qui, plus est, en plein cœur de la ville dite lumière et sur un monument, tout le monde en est d’accord, constitutif du génie français).

Rassurés par cette détermination, convaincus que pour ces militants de la langue française, tout langue mérite respect, nous allons donc dès aujourd’hui leur adresser une demande de soutien pour la défense des langues dites minoritaires, présentes sur le territoire national, et parmi lesquelles le breton. Nul doute que ces militants, choqués par le traitement qui est réservé à ces langues, interviendront avec la même détermination et fermeté qu’ils mettent à défendre le français.

Michel LE TALLEC