Du remous dans les centres nautiques

La filière nautique en Bretagne est un secteur important de notre économie régionale qui comprend 3 volets : le sport-tourisme nautique, la plaisance et l’industrie-commerce. Les activités sportives et touristiques représentent 144 millions d’euros de chiffres d’affaires et 1975 emplois à  temps plein en Bretagne administrative.

Les centres nautiques du Finistère grondent. Dans l’organisation verticale du sport, le Ministère en cascade  délègue à une Fédération nationale qui elle-même, délègue à une Ligue (ou Comité) régionale qui coordonne des comités départementaux. La pratique sportive nécessite l’achat d’une licence (assurance) et pour la voile un passeport. A la manière de la collecte fiscale centralisée, les fonds prélevés par la Ligue sont en grande partie reversée à la Fédération nationale qui ayant financé sa propre structure renvoie et alloue ensuite des dotations aux ligues en région.

Cette fronde a pour origine, d’une part, l’insuffisance des retours financiers de la part des structures fédérales (Ligue et Fédération) par rapport aux remontées des cotisations des clubs et d’autre part, l’obligation de la fourniture d’un certificat médical pour les activités non sportives (loisirs) motivé par le principe de précaution mis en place par Marisol Touraine.

Cette situation semble être une métaphore assez courante dans nos organisations actuelles : un pouvoir centralisé qui collecte de plus en plus de fonds, mais qui diminue dans le même temps ses prestations et  alourdit le fonctionnement par des réglementations déconnectées du terrain.

Dans le domaine de  la Voile, la Bretagne est et a toujours été  pilote dans la structuration, les investissements, et l’organisation de la filière depuis les années 1990 et les résultats sportifs sur les meilleurs podiums brillent en particulier pour les finistériens. Elle est devenue un   modèle international et doit le rester.

Les candidats Oui la Bretagne souhaitent conserver et développer cet avantage naturel inscrit dans les gênes de notre territoire et appelle à une autonomie de la gestion du sport. L’évolution des pratiques, l’organisation des centres sur le territoire nécessiterait la mise en place d’une Fédération Bretonne du Nautisme dotée de pouvoirs décisionnaires, réglementaires et financiers.

Yves BRUN et Marité POULAIN

Candidats  OUI LA BRETAGNE

aux élections législatives sur la circonscription de Quimper